Présentation et vente de l’ouvrage intitulé :

 

Le développement du capitalisme à travers l’Histoire

 

(3 tomes)

par Claude Gétaz,

chercheur indépendant

 

 

 

Madame Monsieur Bonjour  

 

Né en 1951, à Lausanne, en Suisse, j’ai fait toutes mes études dans cette cité. Et c’est là aussi que je me suis passionné, à l’école des HEC, pour l’économie politique.

 

Et pareille instruction sera complétée, ensuite, par un contact, à la fois direct et professionnel, avec diverses associations de métier (bâtiment, horlogerie) et diverses entreprises de grande importance (notamment dans l’alimentaire ou la chimie/pharmacie).

 

Les connaissances acquises dans ces différents domaines me permettront d’exercer plus tard une activité de conseiller en gestion d’entreprise au service de nombreuses PME/PMI localisées en Suisse Romande et dans la France voisine.

 

Intéressé également par l’histoire et les traditions anciennes, j’ai commencé d’écrire il y une vingtaine d’années : d'abord sur l'économie,  puis sur les religions de l’Antiquité.

 

En effet, durant mes recherches pour connaître les origines de l’économie, je suis remonté à cette fameuse Antiquité où j'ai découvert que les dieux jouaient un très grand rôle dans la vie des gens, au point que les premières cités-Etats étaient des théocraties.

 

****

 

En matière d’économie,  j’ai beaucoup appris, comme consultant, à connaître les entreprises de l’intérieur, et notamment comment calculer les coûts de production des produits fabriqué par elle, ce qui présuppose de connaître leur  circuit de fabrication  de A à Z.

 

Inversement, c’est en connaissant un tel circuit, et en l’améliorant, que l’ingénieur de production parviendra, de son côté, à optimiser les prix de revient des produits fabriqués par l’entreprise.

 

Quant aux produits eux-mêmes, fabriqués par elle, c’est leur vente, et donc le département marketing de l’entreprise (si celle-ci est une grande entreprise), qui va décider de l’orientation à donner à l’entreprise en termes de productions.

 

Dans un pareil contexte, le conseiller que j’étais, commençait par établir une comptabilité analytique (ou industrielle) sur la base de l’état existant de l’entreprise. Puis, une fois les chiffres connus, secteur par secteur, en  termes de rentabilité, j’étais chargé, avec mes collègues, d’évaluer les possibilités du marché, s’agissant des produits fabriqués par l’entreprise. Et une fois ces chiffres-là connus, je tâchais, avec mes collègues en interne et externe (puisque le bureau conseil pour lequel je travaillais, avait un réseau assez dense composé d’entreprises clientes qui étaient localisées un peu partout, dans le pays, et qui oeuvraient dans des secteurs très différents), bref, mon travail consistait alors à  réorienter, en leur compagnie, la production de l’entreprise du côté des fabrications qui se révélaient les plus rentables, à la lumière des études analytiques mentionnées précédemment.

 

Et comme j’ai également travaillé dans le secteur bancaire, j’ai eu, comme économiste, à la fois une connaissance de l’entreprise d’un côté, et de son financement de l’autre.

 

Or tout cela m’a permis de maîtriser les différents aspects de l’économie, qu’il s’agisse de l’économie monétaire d’un côté, et de l’économie réelle de l’autre.

 

Et si l’on ajoute, à cela, le bagage que j’ai acquis, durant mon cursus universitaire,  à propos du fonctionnement des économies nationales,  tout cela a représenté un atout - je crois pouvoir le dire – au moment de rédiger le livre mentionné en titre.

 

Retour à la page d’accueil